jeudi 29 septembre 2011

Poulet à la moutarde et à l'estragon

Voici une recette toute simple que j'ai faite hier.
Ingrédients
Poulet entier vidé: si j'en ai la possibilité, je laisse le foie à l'intérieur pendant la cuisson pour le parfum et le moelleux.
Une dizaine de cuillères à soupe de moutarde "de Dijon". La prochaine fois que je ferai cette recette, j'essayerai avec de la moutarde à l'estragon.
Un gros bouquet d'estragon
2 petits verres de vin blanc sec
Petit suisse
Poivre

Préparation
Faire préchauffer le four à 210°C, chauffage par le haut si possible.
Enduire complètement le poulet de moutarde et le disposer dans un plat allant au four dans lequel vous aurez préalablement mis le vin blanc. L'opération pour mettre de la moutarde sur toutes les faces du poulet et le transvaser dans le plat est un peu délicate (nos amis anglo-saxons dirait "messy"). Faites le sur une surface qui se nettoie facilement et à proximité d'un point d'eau pour vous rincer les mains.
Séparer les feuilles d'estragon des tiges et ciseler les. Pour préserver au maximum le parfum, je n'utilise pas un hachoir pour ciseler mais met les feuilles dans un verre "à moutarde" et donne quelques coups de ciseaux de cuisine. Saupoudrer le poulet avec la moitié des feuilles ciselées.
Mélanger le petit suisse avec le reste des feuilles et fourrer le poulet avec la préparation. Le petit suisse va permettre de garder le poulet encore plus moelleux et l'estragon de parfumer l'interieur.
Poivrer.
Mettre au four au moins une heure et quart pour un poulet de 1.8 kg.
A mi cuisson, retourner le poulet. Après l'avoir retourné et avant de remettre le poulet au four, j'ai  enduit à nouveau la surface découverte avec quelques cuillerées de moutarde, la couche initiale ayant en grande partie disparue, dissoute dans le fond de sauce de vin blanc. 
Découper, disposer dans un plat de service et décorer avec quelques branches d'estragon. Présenter avec la sauce dans une saucière.

Bon appétit.

mardi 27 septembre 2011

Curiosités culinaires Normandes, Estonniennes et Lituaniennes.

Après une longue absence me voici donc de retour! J'ai besoin de quelques jours pour m'organiser et reprendre le fil de mes recettes. Pour vous faire patienter, le billet d'aujourd'hui évoque quelques unes de mes découvertes culinaires et autres curiosités. Desserrer vos ceintures, le voyage va commencer!

Ce tableau présentant le menu d'un restaurant d'un petit port sur Mer du Nord. Il propose une grande variété de poissons et fruits de mer et deux uniques plats de viande sont au menu pour les irréductibles du régime carné. Cependant regardez bien, ils servent une entrecôte grillée mais seulement cuite bleue ou saignante! Je n'ai pas osé entrer et leur demander la raison: je ne saurais donc jamais pourquoi ils avaient décidé de brimer ainsi les amateurs de viande "à point" ou "cuite". Étaient-ils des chantres de la productivité et de l'efficacité qui acceptaient de passer deux minutes à faire cuire une viande mais pas plus? Voulaient-ils faire monter le "rouge de la honte" aux clients qui oseraient commander de la viande dans leur restaurant spécialisé dans les produits de la mer? Toutes les hypothèses sont permises!

Dans un autre genre, ci dessus la photo d'un restaurant à Tallinn, capitale de l'Estonie. C'est un restaurant qui ne propose que des plats à base d'ail ou qui contiennent de l'ail (garlic en anglais, kûûslaugu en Estonien)...même les desserts! Je ne l'ai pas essayé et ne peut donc pas vous donner mon opinion sur les qualités gustatives et gastronomiques d'une telle cuisine. Je souhaitais néanmoins attirer votre attention sur ce restaurant et vous permettre de tester sa cuisine si vous passez dans le coin.


Oh, la belle couleur! Non ce n'est pas un échantillon de la fameuse "gelly" anglaise, chef d'oeuvre de la gastronomie chimique! Il s'agit comme vous vous avez pu le constater du fameux Saltibarsciai Lituanien. Il ne contient que des produits naturels et c'est la betterave rouge qui lui donne cette belle couleur. C'est une soupe froide à base de betterave et de concombres, une  sorte de gaspacho balte, qui est servie accompagné d'une pomme de terre vapeur. J'ai eu le plaisir d'en goûter la semaine dernière dans un restaurant à coté de Trakai, l'une des anciennes capitales de la Lituanie. C'est très bon! Je vais essayer d'en préparer et vous donnerai ma recette dès que le résultat m'aura donné satisfaction.

Dans ce même restaurant nous avons aussi pu goûter aux "Cepelinai", préparation à base de pommes de terre râpées, aussi appelés "Zeppelin" car ils en ont la forme et qui est devenu en quelque sorte le plat national Lituanien malgré l'apparition tardive de la pomme de terre dans ce pays (au XIXeme siècle seulement). Celui que j'ai goûté n'était pas un succès gastronomique, loin de là...mais je vais aussi essayer de le préparer "à ma façon" et si j'obtiens un résultat convenable, je partagerai la recette avec vous.

C'est tout pour aujourd'hui. Vous pouvez reprendre le cours de vos activités. Je vous souhaite bon appétit et vous retrouve sous peu. Ciao, bonsoir.